Actualité

faux freins

Les « faux » freins à la démarche de l’infogérance

Malgré la maturité de l’offre infogérance, il existe encore de « faux » freins à cette démarche qu’il est important d’analyser .

LA PEUR DES DONNÉES QUI SORTENT DE L’ENTREPRISE
Les études prouvent que les risques sont plus liés à des employés internes malveillants qu’à des fuites externes.
Le contrat d’infogérance doit inclure des clauses garantissant l’engagement de l’infogéreur à respecter et faire respecter par ses équipes les règles de confidentialité. Avec des poursuites lourdes en cas de manquement avéré à ces règles.
L’infogéreur doit mettre en place (et le démontrer ) un dispositif technique montrant comment il doit garantir à son client la confidentialité de ses données. Exemple via le contrôle de qui peut avoir accès à l’environnement du client et l’audit de chaque action faite sur le SI, l’utilisation de connexions sécurisées, l’utilisation éventuelle d’outils de cryptage, etc …

LE DSI Y VOIT UNE DIMINUTION DE SON RÔLE
Le rôle du DSI doit évoluer afin de devenir plus stratégique pour accompagner son entreprise dans son développement tout en s’appuyant sur un prestataire fiable qui se charge de la gestion du quotidien sous son contrôle.
Le décision d’externalisation est une décision engageante pour l’entreprise, par conséquent elle doit être portée par la direction générale qui doit accompagner sa DSI dans la démarche.

PERTE DE MAÎTRISE DU SYSTÈME D’INFORMATION
L’infogéreur doit veiller à la mise en place d’une documentation à jour décrivant le systèmes d’information (architectures, accès, etc…) ainsi que les procédures d’exploitation
L’infogéreur doit prévoir dès le démarrage de la prestation un plan de réversibilité assurant au client, dès qu’il le souhaite, le transfert de la prestation à ses équipes internes ou à un autre infogéreur.

ABSENCE DE CALCUL DU COÛT DE LA NON QUALITÉ
Pour bien juger de l’apport de l’infogérance, le client doit être en mesure de bien calculer le coût d’indisponibilité de son système d’information et de suivre avec l’infogéreur l’amélioration de ce temps d’indisponibilité et le traduire financièrement pour voir la réduction de ce coût.

COMPLEXITÉ DE GESTION D’UN PRESTATAIRE À DISTANCE
Un contrat d’infogérance doit être accompagné d’une convention de service et d’un plan de management qui ont vocation à bien préciser les rôles et les responsabilité de chaque partie, ce qui permet d’apporter de la clarté dans la relation client-prestataire et de mettre chacun face à ses responsabilités.

Il est important de rappeler que nous reconnaissons aujourd’hui plusieurs avantages à l’infogérance dont principalement:

  • L’amélioration de la qualité de service
  • Une meilleure maîtrise des coûts
  • La focalisation de l’entreprise sur son cœur de métier
  • La focalisation de la DSI sur les projets stratégiques
  • L’accès aux ressources qualifiées
  • L’industrialisation de la fonction informatique
  • Une plus forte garantie de continuité d’activité
  • Une meilleure maîtrise de la sécurité
  • La clarification des responsabilités

Des exemples concrets d’infogérance informatique réussies et des témoignages de clients pour expliquer ce que l’infogérance a pu apporter à leurs entreprises permettent d’encourager celles qui sont encore réticentes.

Articles similaires